Tour de France de GAMBA II 2012

Dernières nouvelles de Gamba juillet 2012

Dernières nouvelles!

                       
Voici le dernier message et la fin de la croisière qui approche... Nous avons terminé la descente de la Seine avec Odile et avons visité beaucoup d'endroits très jolis où nous n'avions pas pu nous arrêter il y a 4 ans.  Nous avons fait escale à Vernon, escale obligée pour visiter Giverny, le jardin de Monet, puis à Poses où la municipalité a aménagé une belle halte fluviale. Odile et moi avons fêté le 14 juillet avec la population locale et bu le "verre de l'amitié" qui consistait en des cocktails bleu, blanc ou rouge!

photo1-18.jpgphoto2-16.jpg
De Poses nous sommes descendus sur Rouen et avons fait escale sur l'île Lacroix au cœur de la ville. Nous avons visité le vieux Rouen, les maisons à colombage, la cathédrale etc. Depuis Rouen nous avons rejoint Tancarville en 8h grâce au courant favorable et avons rejoint le chantier des Torpilleurs où nous avions remâté il y a 4 ans.


photo3-13.jpgNicolas est venu en voiture nous retrouver et Odile est repartie vers Binic après avoir fêté la fin de sa croisière fluviale à Honfleur sous la pluie. Gamba a ensuite repris son air de voilier et Nicolas nous accompagne pour le dernier trajet avant Binic et nous suivons un peu le même itinéraire qu'il y a 4 ans du moins dans la première partie. Nous avons d'abord navigué en baie de Seine de Tancarville à Ouistreham par temps calme mais couvert. De Ouistreham nous avons continué sur Cherbourg et ensuite nous nous sommes dirigés vers Aurigny car il faisait très beau et Tâm et moi avions très envie de découvrir cette île que Nicolas connaissait déjà. Nous avons eu beaucoup de chance, il faisait beau, la mer était calme et les courants pas trop forts. Nous sommes promenés sur l'île, avons mangé du crabe etc. une étape vraiment très agréable! Nicolas s'est acheté un chapeau melon qui lui va très bien. D'Aurigny nous avons fait route sur les Ecréhou, un chapelet de cailloux et de petites îles au ras de l'eau entre photo5-5.jpgphoto4-13.jpgCarteret et Jersey. L'arrivée sur l'île Marmotière est très impressionnante, il faut faire confiance au GPS pour naviguer entre les îlots et affronter des courants de 3 nœuds minimum. Il y a quelques maisons sur l'île habitées l'été par quelques Anglais, mais c'est un paradis pour les pêcheurs que Nicolas rêve d'explorer un jour....

Après les Ecrëhou nous avons fait escale à Gorey pour la nuit puis à St-Hélier, où nous avons eu la surprise de rencontrer Iriade sur le même ponton, et Corduc rentrant de Guernesey. Cela faisait vraiment plaisir de revoir des Bats-la-Houle avant même d'arriver à Binic. Demain nous partons à Chausey et serons de retour à la fin de la semaine.

Le journal de Gamba se termine, j'espère que cette chronique vous aura amusés. A bientôt sur la terre ferme!         

Les Gambadeurs.

Le retour sur la Seine

Retour sur la Seine.

Aux dernières nouvelles les Gambadeurs, Tam, Maryvonne, Sylvie et Yvon étaient encore sur le canal du Loing et notre dernière étape sur les canaux était à Moretz-sur-Loing, près de Fontainebleau. Cette petite ville fortifiée a été la résidence du peintre Sisley qui y a vécu et travaillé et qui a représenté beaucoup de vues de la ville et du Loing dans ses tableaux.

                       
De là nous avons rejoint la Seine et navigué le long de banlieues d'abord résidentielles puis industrielles en approchant de Paris. Nous avons retrouvé le port de l'Arsenal où nous avions séjourné il y a 4 ans et qui est toujours une escale confortable et bien située au centre de Paris.photo2-15.jpg
A Paris l'équipage s'est séparé, car je rêvais d'un vrai lit depuis quelques semaines déjà et Tam et moi avons retrouvé notre appartement, pour laisser le bateau à Yvon et Sylvie. Mais sur Gamba la devise: « équipier d'un jour, équipier toujours » se vérifie et Chantal et Alain, lassés de la pluie bretonne, sont venus retrouver les plaisirs de la capitale et ont logé 3 nuits sur le bateau, avant de rentrer à Erquy en déposant Sylvie et Yvon au passage...Sylvie et Yvon se sont beaucoup promenés dans Paris et sont allés de l'Arsenal à la Tour Eiffel à pied, tandis que Chantal et Alain écumaient les magasins pour les soldes... Nous nous sommes quand même retrouvés le soir autour d'une entrecôte, de crevettes vietnamiennes etc.


photo3-12.jpgA la fin de la semaine dernière, notre nouvelle équipière Odile Hommey nous a rejoints pour entamer le périple de retour sur la Seine. Les adieux à Paris ont été bien arrosés et entre famille et amis nous étions 12 à bord. Le dimanche matin nous avons franchi l'écluse dé l'Arsenal pour descendre la Seine en contournant Notre-Dame et avons eu la surprise de voir s'approcher la Police Fluviale sur un Zodiac noir très rapide, car nous n'avions pas respecté un feu alternatif!!!! Après une inspection minutieuse des papiers du bateau, le policier qui était breton de Lorient, a décidé que "pour cette fois ça irait", entre bretons... Depuis nous respectons scrupuleusement les feux de navigation!

photo1-17.jpg
Nous sommes sortis de Paris sous un soleil timide, et avons navigué jusqu'à la halte nautique de Rueil. De là, Odile et moi sommes allées photo4-12.jpgvisiter la Malmaison, la demeure de Joséphine de Beauharnais, mais hélas les roses étaient fanées.

Après Rueil nous avons fait escale à Andrésy, comme il y a 4 ans et avons pu constater que la halte nautique est aussi délaissée et l'environnement aussi pollué qu'à notre premier passage. Après Andrésy et Conflans-Sainte-Honorine nous sommes arrivés à Vernon, et sommes amarrés au ponton visiteurs du yacht-club de Vernon. Nous irons demain visiter la maison de Monet à Giverny.

 
Cette navigation sur les eaux déjà connues de la Seine nous rappelle évidemment beaucoup de bons souvenirs et nous regrettons régulièrement la compagnie d’Yfnis et Salangane avec qui nous avions passé de si bons moments...


Entre Paris et Vernon nous avons déjà franchi 4 écluses sur la Seine! Au départ Tam n'était pas trop rassuré et craignait que son équipage exclusivement féminin ne lui cause quelques soucis. Mais rassurez-vous tout se passe bien et Odile s'est découvert des aptitudes particulières comme "préposée à la gaffe", photo faisant foi...Il ne reste que 2 écluses entre ici et Rouen et la navigation paraîtra monotone ensuite...photo5-4.jpg

 

A la semaine prochaine pour plus de nouvelles de GambaDeux...

Les canaux du Centre suite et fin.

Les  canaux du Centre suite et fin.


Notre navigation sur le canal du Centre nous a conduit de Montceau-les-mines jusqu'à la 1ère étape à Paray-le-Monial. Nous avons traversé des petits villages plutôt délaissés, c'est une région de France qui est passée de l'ère industrielle prospère due à l'extraction du charbon et aux industries annexes, à un état d'abandon assez triste. Il y a beaucoup de friches industrielles et les municipalités essaient de se reconvertir dans le tourisme en aménageant de jolies haltes pour le tourisme fluvial, des sentiers de randonnée etc. Nous avons traversé la région où se trouvent concentrées les plus belles églises romanes de Bourgogne, toutes bâties sous l'influence et la dépendance de l'église "mère" de Cluny.photo1-16.jpg Nous nous sommes arrêtés à Paray-le-monial d'où nous avons rejoint le Canal latéral à la Loire, puis à Nevers que nous avons exploré pendant une journée. Cette petite ville de province au marché du samedi matin très animé, a su rénover ses vieux quartiers moyenâgeux et mettre  en valeur son patrimoine, dont l'église St-Etienne du Xème siècle qui est restée dans un style roman très pur. A Nevers nous avons pu apprécié l'utilité du canal latéral en comparant sa tranquillité aux remous, courants et obstacles de toutes sortes qui rendent la navigation sur la Loire complètement impossible....
De Nevers, nous avons navigué vers la Charité-sur-Loire, dont l'abbaye et l'église dépendaient également de Cluny. La petite ville en hauteur est pittoresque et les dimensions de l'église romane sont très impressionnantes.

 
De là, nous avons continué vers Sancerre où nous nous sommes amarrés sur piquets au port de St-Thibault, et où nous avons renphoto2-14.jpgcontré la plus petite "péniche" hollandaise sur le canal  . Le volume réduit surtout par temps de pluie semblait créer quelques tensions dans le couple de propriétaires!. (de l'utilité de comprendre le néerlandais en France....).
Le but principal de l'escale de Sancerre étant de remplir la cave de Gamba, nous sommes allés à pied jusqu'au vignoble de Patrick Noël qui récolte et produit du Sancerre, Ménetou-Salon et Pouilly-Fuissé sur ses 15 hectares de vignoble. Le vignoble de Sancerre est très escarpé sur des collines tout autour de la petite ville. Nous avons apprécié la dégustation de Sancerre, blanc, rosé et rouge accompagnés de crottins de Chavignol!  Pour le retour avec les bouteilles, Patrick Noël nous a ramenés dans sa camionnette, les femmes devant les hommes à l'arrière sur les caisses.. Pour les amateurs, sa production est vraiment bonne et il participe au Salon de la Gastronomie à St-Brieuc chaque année (pub gratuite..)


Après le vin, nous avons voulu tester le fromage de chèvre autre spécialité locale, et sommes allés en vélo visiter une chèvrerie et acheter quelque crottins pour accompagner le Sancerre!
Pour découvrir la petite ville de Sancerre il faut grimper car il y a 300 m de dénivellation et l'ascension s'est faite pour 30% à pied et le reste à vélo...le reste des courses s'est fait en bateau car nous nous amarrés au pied du supermarché local et avons déchargé le caddy dans le bateau... Toutes ces provisions étaient nécephoto5-3.jpgssaires pour que Sylvie puisse préparer chaque midi une de ses délicieuses salades improvisées.   Après Sancerre nous avons suivi le canal jusqu'à Châtillon-sur-Loire, un joli port hélas envahi par les moustiques! Sylvie a fabriqué des moustiquaires Gamba avec des mouchoirs mais leur efficacité a été relative et les moustiques ont été les plus forts...
Après cette escale, nous avons quitté le canal latéral à la Loire pour continuer vers le canal de Briare. Ce canal débute par le célèbre pont-canal long de 660 m qui enjambe la Loire. Ce ponphoto3-11.jpgt est très beau avec des piliers et des réverbères et ressemble au pont Alexandre III à Paris. Le temps était gris et la luminosité faible, les photos sont quand même réussies, y compris celles d'Yvon qui a parcouru le pont à pied plus vite que le bateau.  Nous avons continué  le canal vers Châtillon-Coligny, le fief de la famille des de Coligphoto4-11.jpgny et bastion du protestantisme pendant les guerres de religion. Le 21 juin, Châtillon-Coligny fêtait la musique et nous avons apprécié l'ambiance bon-enfant des festivités.


Nous avons apprécié la navigation sur le canal de Briare qui est très fleuri, avec des écluses très bien entretenues et une végétation luxuriante le long des rives. Ce canal s'arrête à Montargis, une petite ville fleurie traversée de petits canaux que l'on appelle "la Venise du Gâtinais" dont la spécialité sont les pralines aux amandes.


Le canal de Briare se prolonge par le canal du Loing qui rejoint la Seine mais traverse des régions plus industrielles et moins champêtres, qui annoncent déjà la banlieue parisienne.

Nous serons à Paris dans 4-5 jours et le prochain message vous parviendra de la capitale!!

La Saône et les canaux de Bourgogne

La Saône , les canaux de Bourgogne.

                       

A la fin de notre périple sur le Rhône, nous avons passé 2 journées à Lyon pour découvrir la ville aux multiples facettes et qui offre beaucoup d'aspects intéressants. Nous nous sommes arrêtés au port de Lyon Confluence et cette halte nautique a été une bonne surprise! Comme Lyon est bâti sur une presqu'île entre Rhône et Saône, la communauté urbaine du Grand Lyon a décidé de réhabiliter et d'utiliser au mieux la pointe sud de la presqu'île qui était devenue une friche industrielle. C'est un projet gigantesque dont les premières phases sont achevées et qui se compose de bâtiments très modernes à vocation de bureaux, musées etc.,d’un très grand centre commercial haut-de-gamme qui vient d'ouvrir il y a 2 mois, d'immeubles d'habitation assez futuristes et enfin du port de Lyon Confluence, calme et bien aménagé et reliphoto4-10.jpgé à la Saône. Pour aller au cephoto5-2.jpgntre ville il y a une navette fluviale, un tram ou des vélos de location, ancêtres du vélib parisien! Nous avons pris la navette pour aller visiter le vieux Lyon très pittoresque mais trop touristique et loué des vélos pour pédaler le long des rives du Rhône jusqu'au parc dé la Tête d'Or au nord de la ville pour admirer la roseraie! Nous avons apprécié la gastronomie lyonnaise "Chez Georges" et Tam n’a pas résisté au menu lyonnais = salade de lentilles et andouillette...

photo2-13.jpg
Nous avons quitté Lyon pour naviguer sur la Saône et avons fait la 1ere étape à Belleville sous une pluie battante, puis avons remonté la rivière vers Tournus où nous visité l'église romane et les vestiges de l'abbaye de St-Philibert. Après Tournus en route vers Chalons, nous avons remorqué une péniche hollandaise en panne de moteur, puis nous avons obliqué vers le canal du Centre qui va jusqu'à Digoin. Nous sommes maintenant en Bourgogne sud, pays du Rully, Pouilly etc. et après Châlons-sur-Saône nous avons repris notre sport favori, le passage des écluses. Le canal du Centre est particulièrement riche en écluses et il y a des "chaînes d'écluses" qui se succèdent tousphoto3-10.jpg les 500-700 m sur environ 5 kms! Il y a les petites écluses d'environ 2.5 m de pour lesquelles il faut grimper sur le quai et les plus hautes de plus de 5m où il faut attraper les bollards flottants. Le record de la journée était avant-hier, où nous en avons passé 25. Le soir Sylvie s'est endormie à 9h, même pas le temps pour une partie de rami!

Le canal est assez étroit, pas très profond et ressemble au canal de Nantes à Brest, il a beaucoup servi au transport du charbon de Montceau-les-Mines mais maintenant on n'y croise que des péniches de touristes surtout anglais, hollandais ou suisses! Il y a de jolies haltes bien aménagées et si le soleil se montrait un peu plus ce serait vraiment bien...

 photo1-14.jpg

v9mkpoab-3.jpg
En attendant le beau temps, salut de Gamba!

 

 

Gamba sur le Rhône

Gamba sur le Rhône, suite et fin.

Le dernier message vous était parvenu d'Avignon où nous étions arrivés le lundi de Pentecôte sous un beau soleil et une forte chaleur. Nous sommes d'abord montés sur le pont St-Bénezet, nom du saint local qui l'avait fait construire.., et Yvon et Sylvie y ont même fait un pas de danse, "les beaux équipiers font comme ça..."

le lendemain, direction les Halles où un marché très bien achalandé attire population locale et touristes de toutes nationalités souvent perplexes devant les étals. Nous y avons trouvé des petits rougets de Méditerranée, des anguilles de rivière et fait le plein de fruits et légumes pour le bateau.

                       
L'après-midi nous avons exploré les vieux quartiers de la ville et visité le palais des Papes. Ce grand château construit au XIVème siècle était l'équivalent du Vatican actuel quand les papes étaient français et un pape plus ou moinsphoto1-12.jpg dissident y a même habité jusqu'à la Révolution française. Nous avons quitté Avignon pour remonter le Rhône en direction de Chateauneuf-du-Pape en longeant les vignobles. La halte nautique de Roquemaure sur la rive droite nous a permis d'arriver jusqu'à la coopérative locale qui ne vendait pas de Châteauneuf, situé sur le rive gauche du Rhône, mais du Lirac, Tavel etc., tous issus des mêmes cépages que le Châteauneuf et aussi bons bien que moins renommés.... Vive les querelles de clochers! Le retour au bateau avec le caddy et les cartons fut un peu dur.

photo2-10.jpg
Le lendemain nous avons passé les écluses de Caderousse et de Bollène de plus de 20m de dénivellation et qui sont vraiment impressionnantes pour un petit voilier! Quand on y entre et que la porte se referme derrière le bateau, on a l'impression d'être dans un grand coffre noir et on se demande un peu si la porte avant voudra bien s'ouvrir. Le soulagement progresse avec la montée du niveau d'eau qui se fait en douceur, le bateau accroché au "bollard". Sylvie est spécialiste du lancer du lasso sur le bollard d'amarrage arrière tandis que Yvon gère l'avant et jusqu'ici tout se passe sans heurts, les éclusiers invisibles surveillent le tout 20m plus haut...


photo4-9.jpgAprès Avignon, la ville d'étape suivante était Valence où nous sommes restés une journée au port de l'Epervière, le temps de faire le marché et de visiter un peu la ville. Ces petites villes du sud donnent l'impression qu'il fait bon y vivre avec leurs places ombragées, les nombreuses terrasses et les petites rues piétonnes plus fraiches. Les maisons et quartiers anciens ont été restaurés et c'est agréable de s'y promener, surtout en fin d'après-midi quand il fait moins chaud...

Après Valence, nous sommes rentrés dans le vignoble des Côtes-du-rhône qui porte bien son nom car la vigne y pousse sur des coteaux très escarpés et tout doit être fait manuellement. Les noms des crus renommés Crozes-l'Hermitage, Condrieu etc. font rêver et les petits villages associés sont très jolis, même si nous les avons vus sous une pluie battante qui a duré tout l'après-midi. Le soir nous avons fait halte au port des Roches-de-Condrieu et aujourd'hui nous faisons route vers Lyon dernière étape sur le Rhône et nous nous arrêtons au port de Lyon Confluence, entre Rhône et Saône.

33ca-rhone-1.jpgLa remontée du Rhône nous a pris 10 jours pour 323 kms et 11 écluses, et nous a permis de découvrir de très beaux paysages et de traverser de jolies villes. La navigation n'a pas été trop difficile car il n'y avait pas de mistral et le courant a diminué en allant vers le Nord. Nous avons également apprécié la technologie qui a permis la construction des écluses, barrages et centrales nucléaires, Pierrelatte, Marcoule etc. qui fait du Rhône un grand axe industriel et fluvial.


Au prochain message nous serons sur la Saôphoto3-8.jpgne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour vers le Nord

Retour vers le Nord: croisière de Gamba épisode 11

                       

Il y a déjà une certaine routine d'installée dans cette croisière: on remâte, on démâte, on emmaillote le mât qui retrouve sa place à l'horizontale sur le pont et on repasse de l'eau salée à l'eau douce etc. C'est ce qui s'est passé mercredi dernier à Port-st-louis du Rhône, après le départ de Claude et l'arrivée d’Yvon Meynier et Sylvie, nous avons démâté jeudi et avons passé la 1ère écluse sur le Rhône vendredi matin! Yvon et Sylvie ont amené le beau temps de Bretagne et nous naviguons maintenant sous le soleil. Pour se protéger en l'absence de capote il faut être créatif.

photo1-11.jpgphoto2-7.jpg 

 

 

 

 

 

Notre 1ère escale à Arles était prévue à l'étape fluviale des voies navigables de France, mais surprise les pontons ont disparu et la seule option pour s'amarrer était à couple d'une péniche restaurant à condition d'y dîner évidemment! Cela nous a permis de visiter cette jolie petite ville, les arènes, l'amphithéâtre romain etc., puis de repartir sur le Rhône. Le fleuve est très large mais la navigation n'est pas si facile car il y a beaucoup de courant jusqu'à 2-3 nœuds par endroits, les paysages sont jolis, il y a des collines vertes et des petits villages de 2 côtés.

 

A midi nous sommes arrivés à Avignon et avons admiré les remparts, le palais des papes et la ville fortifiée, depuis le fleuve. Nous avons surtout pu admirer le fameux "pont d'Avignon" de la chanson qui a perdu toutes ses arches sauf 3 pendant une crue du Rhône et est resté ainsi depuis le XVIIème siècle!photo3-7.jpg

Nous sommes amarrés le long d'un quai près d'un bateau danois, un Bavaria 36 venu par les canaux depuis le nord du Danemark par l’Allemagne, la Belgique, la Hollande et la France jusqu'en Méditerranée. Leur périple aller-retour doit prendre 6 mois...Nous ne sommes pas seuls! Demain nous visiterons Avignon puis continuerons vers le Nord.

 

À plus tard!!!!!

La Méditerranée suite et fin

Gamba  en Méditerranée, suite et fin.

                       
Et voilà nous sommes presque au bout de notre parcours de marins, nous allons bientôt perdre le goût de l'eau salée et retrouver le calme, relatif, des fleuves et canaux.


photo1-10.jpgNous avons finalement passé 6 jours en Corse et nous avons bien apprécié la côte ouest et le nord ouest de l'île. Les paysages et couleurs des calanques de Piana,  les falaises et rochers découpés de la côte vers Calvi et l'ambiance décontractée du petit port etc. Côté gastronomie Claude s'est documenté sur la coppa fabriquée à partir de "cochons roses" = bretons et la vraie faite à partir des "cochons noirs" = corses et a bien sûr apprécié la "vraie".Tam a redécouvert le goût du Muscat corse et moi celui du fiadone = tarte au fromage de brebis et citron...

Le choix de la date du retour n'était pas simple car une zone de dépressions avec vent fort s'était installée entre la Corse et le continent. Là encore Passageweather l'a emporté et nous a permis de retraverser sans trop de mal la nuit de lundi à mardi. Nous avons atterri à St-Tropez après 110 miles de navigation, mi-voile, mi-moteur. Tam était  vraiment heureux de rentrer dans le port à 5h du matin, par un beau soleil le jour de ses 69 ans...et nous avons même fait un tour du vieux port au milieu des maxi-yachts et super-vedettes et nous nous sommes amarrés au ponton d'honneur en pensant que c'était le ponton d'accueil...,la capitainerie a vite rectifié!photo3-6.jpg


Il faisait très beau à St -Tropez et le coup de mistral avait chassé tous les nuages, nous avons visité le petit village resté typique malgré les boutiques de luxe qui ont envahi les vieilles maisons restaurées. Il y avait peu de touristes mais un défilé folklorique avec tirs de fusils et procession de la statue de saint Tropez.  Cette étape était la plus à l'est de notre périple et depuis hier nous naviguons plein ouest, la météo choisit de nouveau nos jours de navigation et comme une nouvelle dépression est annoncée nous avons dû renoncer aux escales prévues dans les îles pour arriver hier soir à la Ciotat, seul port ayant des places disponibles. Nous sommes passés en 12h de navigation d'un extrême à l'autre, après le luxe un peu décadent de St-Tropez nous avons trouvé une ville sinistrée après la fermeture des chantiers navals et des quartiers en besoin urgent de rénovation. Le port abrite à la fois des barques de pêcheurs, quelques voiliers et d'énormes vedettes qui viennent y caréner, la France d'en haut et celle d'en bas ne sont séparées que par 50 miles...photo2-6.jpgphoto4-8.jpg

Ce soir nous atteindrons Port st- louis du Rhône où nous devons démâter mardi 22 mai, la mer est forte et le ciel gris, il y a des orages depuis hier soir. Claude a ressorti son uniforme breton.

 

 

Adieu la Méditerranée...

Des nouvelles de JOANNA

Bon les nouvelles ne sont pas si mauvaises.

A bord de Joanna tout va bien. Nous sommes à Palma de Majorque ou Erwan a débarqué direction boulot. Joanna fait figure d’annexe avec ses petits 12m.

La vielle ville est belle mais nous n’aurons pas le temps de visiter l’ile qui parait tout de même très bétonnée, tourisme de masse oblige.

Par contre nous avons adoré Minorque, verdoyante, variée et qui est reste assez authentique.

Nous partons demain matin pour une étape de 300m vers Cabo de Gata et Almeria d'ou nous pensons visiter les sierras.

Seul ombre au tableau, notre vendeur ne nous a pas laisse la clef à tourner le vent dont nous aurions pourtant bien besoin. En effet depuis le départ de Golfe Juan, le vent est quasi toujours sud ouest variant de 0 à 35 nœuds, mais globalement plutôt faible.

 
Amitiés de l’équipage de Joanna.

Gamba en Corse

Bulletin Spécial de la croisière Gamba (BGS)

Pour ceux qui se demandent que devenaient Gamba II et les "gambadeurs" qu'ils se rassurent,  nous savons où nous sommes même si nous ne savons pas où nous irons, traduction: nous sommes chez les Corses... ceci n'est pas une blague, après beaucoup de discussions et comparaisons de MétéoConsult, Passage Weather etc., nous avons conclu qu'il y avait une fenêtre météo favorable et avons décidé mardi 8 mai de traverser de Porquerolles vers la Corse! Claude et Tam mourraient d'envie d'aller voir le beau temps et goûter la coppa etc., et moi je me suis laissée convaincre.

Nous avons quitté Porquerolles par beau temps et ciel bleu avec la promesse selon la météo locale de beau temps et de petit vent 2/3 beaufort de sud-est. Le beau temps était au rendez-vous mais la traversée qui a duré 21h s'est déroulée dans des conditions plus musclées et nous avons fini avec 2 ris et des rafales à 20 nœuds. L'arrivée sur la Corse au petit matin était spectaculaire avec une barre de montagnes noires à l'horizon. Nous avons choisi de rentrer dans le golfe de la Girolata près de Porto qui est sauvage et très bien abrité.

Nous étions assez fatigués mais avec le soleil, la mer bleue etc., avons vite récupéré. Aujourd'hui nous avons exploré le golfe de Porto et jeté l'ancre en face de la plage dé Porto pphoto4-7.jpgour déjeuner, cela change de la plage du Guerzido...

photo1-9.jpgphoto2-5.jpg

photo3-5.jpg
Demain nous partons pour Calvi car il y a un coup de vent prévu pour le week-end et il vaut mieux s'abriter. Nous retraverserons sans doute mardi 16 ou mercredi 17 mai, je vous tiendrais au courant...

La Méditerranée: de Sète à Porquerolles

Aux dernières nouvelles nous avions atteint la Méditerranée et étions amarrés dans le port dphoto2-4.jpge Sète. Nous y sommes restés 5 jours le temps de préparer le bateau pour le remâtage et de le remettre en configuration "voilier". Alain et Tam ont travaillé pendant 2 jours pour d'abord défaire et libérer tout le grément et ensuite aider les grutiers du port de Sète à remettre le mât en position verticale et à regréer le bateau. Pendant ce temps Chantal et moi avons exploré la ville, les vieux quartiers, les petites places et les marchés etc.
Le temps de tout remettre en état, de refaire le plein de courses, il était temps pour Alain et Chantal de reprendre la route de la Bretagne, en passant par Albi.

photo3-3.jpgClaude les a remplacés le lendemain et nous sommes partis vers le nord est vers Palavas-les-Flots à 15 miles de Sète pour tester le bateau et l'équipage. A Palavas nous avons fait une escale d'une journée et avons décidé de partir à l'est vers une côte plus jolie que celle du Languedoc-Roussillon. Faute d'escale sympathique sur le trajet nous avons navigué d'une traite jusqu'à Porquerolles où nous sommes arrivés 20h de moteur plus tard, avec le vent de face et une mer un peu agitée.photo1-4.jpg

Porquerolles est une très jolie petite île sans voitures, avec beaucoup de touristes qui viennent de Hyères pour la journée et avec un ciel tout bleu et du soleil c'est vraiment la côte d'azur. Cet après-midi nous avons fait une grande promenade à pied le long de la mer au milieu des pins et la Bretagne, la pluie et le froid nous semblaient vraiment loin. Pourvu que cela dure!!!
La suite du programme se discute encore et plus de nouvelles suivront...

Canal du Midi par Chantal

De Chantal : votre envoyée spéciale sur le Canal du Midi:carte-toulouse-sete-1.jpg

Et voilà, nous arrivons au terme de notre périple. Nous avons passé toutes les écluses, des plus simples blotties dans la verdure aux plus spectaculaires : les 7 écluses de Fonsseranes qui se chevauchent les unes, les autres et, surtout la plus diabolique : l'écluse RONDE avant Agde qui est le point d'orgue du Canal! L'entraînement haute voltige de l'attrapage des bouts n'a plus de secrets pour  Alain et Maryvonne et les manœuvres sont impeccables sous l'œil vigilant et approbateur de Tam!

photo1-3.jpgAprès l'escale gastronomique de Castelnaudary il y a eu les escales culturelles à Carcassonne, Capestang, Béziers. On a fait le plein d'Eglises Romanes et autres. Nous avons admiré la campagne du Lauraguais, rêvé au divin breuvage des vignes du Minervois, aimé les petits villages aux tuiles rousses et au clocher carré

Sur le Canal nous avons été surpris du nombre de péniches à l'abandon, oubliées par leurs propriétaires sous les platanes. Il y a aussi les péniches ventouses qui encombrent les mouillages et nous ont parfois envoyés nous amarrer au diable. L'aventure du Canal du Midi était belle et ne nous laisse que de bons souvenirs.

Et nous voici à Sète, au seuil de la Méditerranée. Nous avons fait une escale à Marseillan, c'est un charmant village encore un peu endormi avant l'afflux des estivants. On y retrouve  toutes les nuaphoto3-2.jpgnces  d'ocre du Midi.

Hier, dimanche, nous avons traversé l'Etang de Thau, entre 2 coups de vent. Il fallait évidemment faire très attention à cause du mât ! De l'autre côté de l'Etang nous sommes arrivés dans un petit village de pêcheurs, très typique, où de minuscules maisons s'épaulent les unes les autres en bordure du quai. On y a même trouvé une  barque décorée  de ballons roses et enrubannée pour une cérémonie familiale. Par contre Sète est une grande ville et les quais qui longent le Canal voient défiler la foule habituelle des badauds et les " restau " se suivent à la queue leu leu.

Pour quitter le petit vilphoto4-6.jpglage et atteindre le Port de plaisance il faut passer sous 2 ou 3 ponts mobiles, très spectaculaires....On attend le passage du dernier train ! Dans le port : nous trouvons une place difficilement et " horreur " il faut s'amarrer perpendiculairement au ponton! Je n'ai pas prévu un stage d'équilibriste avant de venir pour descendre par l'avant.
Mercredi " GAMBA " va retrouver son mât et photo2-3.jpgretrouver son allure de beau voilier pour continuer l'aventure.

Pour nous l'aventure " Canal du Midi " était belle et ne nous laisse que de bons souvenirs,  sans compter que la cambuse de Gamba est 4 étoiles comme chacun sait et Alain a fait beaucoup d'écarts de régime....

A bientôt pour la suite !....Chantal

Lire la suite

Bram - Marseillan

Cet épisode est un complément plus touristique à celui envoyé par Chantal la semaine dernière et vise à vous décrire quelques sites visités sur le Canal du Midi.
Tout d'abord Toulouse qui s'appelle la ville rose car construite en briques, faute de pierres de construction dans la région...où nous avons visité l'Hôtel de Ville sur la place du Capitole, la basilique St-Sernin qui est une église romane très belle et aux dimensions impressionnantes en hauteur et longueur pour une église de cette époque.

Nous avons également visité le cloître des Jacobins construit près de l'église gothique du même nom dont les piliers de la nef font 28m de haut et finissent sur une clef d'ogive en branches de palmier! Unique en France selon les toulousains.

De Toulouse nous avons continué le canal jusqu'à Castelnaudary capitale du cassoulet que Tam a testé à la "maison du cassoulet" locale et en guise de promenade digestive nous avons exploré la petite ville, qui fut riche et active du temps du transport sur le canal et est maintenant assez décrépie. A Castelnaudary le départ sur le canal consiste à passer une écluse multiple à 4 niveaux, ce qui veut dire qu'à la sortie de la 1ere vous êtes directement dans la 2eme etc... C’est assez sportif pour se mettre en forme pour la journée!
En suivant le canal nous avons continué vers Bram et battu le record d'écluses pour la journée=19.

En route nous avons aussi voulu rendre hommage à Pierre-Paul Riquet le fondateur-constructeur du canal qui avait convaincu Louis XIV de la nécessité de relier l'Atlantique à la Méditerranée. Il a fait construire le canal à ses frais, y a laissé sa fortune et gagné une renommée bien méritée car les ouvrages en pierre, ponts, écluses, escaliers sont très beaux et presque en bon état, bien que manquant cruellement d'entretien. A la ligne de partage des eaux, celles du Nord allant vers l'Atlantique et celles du sud vers la Méditerranée, il y a une stèle dédiée au fondateur du canal où nous nous sommes arrêtés.

L'étape principale a ensuite été Carcassonne où nous avons passé 2 jours et visité la nouvelle ville assez vivante qui garde des traces moyenâgeuses et la citadelle rebâtie et "améliorée" au XIX eme siècle. Heureusement les touristes ne sont pas encore trop nombreux car en été ils viennent en masse. Après Carcassonne le canal devient plus sinueux, est bordé soit de platanes soit de cyprès ou de pins et l'influence méditerranéenne se fait sentir. photo1-2.jpg


Sur le trajet nous avons aussi franchi un tunnel long d'environ 200m qui avait été construit pour passer sous un tumulus romain. Comme il n'y a pas de feux de signalisation il faut utiliser la corne de brume pour éviter une marche-arrière car on ne peut pas se croiser...photo3-1.jpg
Nous nous sommes arrêtés dans des petits villages pittoresques Capestang, le Somail etc. pour arriver en vue de Béziers après avoir franchi l'avant-dernier obstacle sur le parcours qui consiste dans le passage de 7 écluses consécutives à Fontserannes. La dénivellation totale est de 21 m et le passage est obligatoire à 3-4 bateaux dans l'écluse. Gamba n'est pas très grand mais avec son mât qui dépasse à l'avant et à l'arrière de 1-2 m, la compagnie rapprochée de 2-3 pénichettes de location que leurs conducteurs prennent pour des auto-tamponneuses n'a rien de rassurant. Nous avons survécu et le bateau aussi.
photo2-1.jpgPour souffler un peu nous nous sommes arrêtés 2 jours à Villeneuve les Béziers et avons visité la ville de Béziers célèbre au moins pour son club de rugby. Dans cette ville on retrouve aussi les traces des différentes époques de l'histoire de France, depuis les églises romanes où les Cathares furent massacrés par les Croisés conduits par Simon de Montford, jusqu'aux petits hôtels particuliers des producteurs de vin et propriétaires de vignobles.
Après Béziers la fin du canal approche, il y a moins d'écluses à passer et la dernière à Agde est la plus redoutable car elle est ronde et avec le mât c'est difficile d'orienter le bateau dans le bon sens.

Après Agde c'est la mer nous sommes maintenant à Marseillan sur l'étang de Thau, dans un petit port très joli et bien abrité et attendons une météo plus favorable pour aller jusqu'à Sète où Gamba doit retrouver son mât. C'est prévu pour mercredi, jour d'arrivée de Claude et de départ de Chantal et Alain. Entre temphoto4-5.jpgps nous fêterons le 1er Mai. Bon week-end à tous ceux qui travaillent!  A plus tard.

Toulouse-Bram

Bonjour, cid-6ce9941c-93a2-43ef-871f-459b100d3184.jpgmessage de Chantal votre envoyée spéciale sur le canal du midi. Tout va bien a bord de Gamba. Aujourd’hui nous avons passe 19 écluses, un record et le capitaine a accorde une double ration de rhum à tout l'équipage....cid-e361f4e0-421c-4cf0-80c3-fe7b5f64cee6.jpgcid-7ee86f37-13c4-4be2-b465-79685e2a1fa0.jpg

j'avais dit que j'avais horreur des écluses, mais depuis dimanche c'est plutôt le bonheur des écluses sauf, peut-être, pour Alain et Maryvonne qui s'entrainent pour les jeux  olympiques spécialité amarrage rapide et sportif du bateau tandis que Tam négocie l'accostage tout en douceur.cid-fd1250db-4943-4052-b359-921ea7492ede.jpg

Nous sommes partis de Toulouse lundi après avoir visite la ville rose ! Ce soir, nous sommes déjà arrivés à Bram à une vingtaine de kms de Carcassonne. En ce début de Printemps les platanes qui bordent le canal nous font une haie d'honneur absolument magnifique et chaque passage d'écluse, chaque courbe du canal est un nouvel enchantement ! Il y a toute une flottille de canards qui s'ébattent sur l'eau et les  berges.

Côté météo, le vent est glacial, les nuages s'écartent parfois pour nous laisser voir un coin de ciel bleu et les averses, assez  rares, sont aussi rageuses qu'en Bretagne..   

Et voila, j'ai fini mon verre de rhum, la suite au prochain Numéro. Nous pensons à vous !

Avec les amitiés de tout l’équipage de GAMBA,  Chantalcid-0a138dee-096f-46fa-82a2-5b912a09ea42-2.jpgcid-b4443351-b644-4dbb-8e12-13cb87b67fe0-2.jpgcid-eaf38689-5646-4a19-a73c-bb7e27c9ad91-1.jpg

Lire la suite

Bègles - Toulouse

 Aux dernières nouvelles nous étions dans le port de Bègles et prêts à partir sur le canal lcid-a76318b9-fb5a-4f06-8d34-627db5001593.jpgatéral à la Garonne pour rejoindre Toulouse mais de nouvelles complications sont intervenues pour retardercid-92925b3f-d6dc-4009-90e2-5768c8695f3a.jpg notre départ, en effet le moteur démarrait normalement mais l'hélice refusait de tourner. Ceci a nécessité une intervention des plongeurs du coin qui par coefficient 110 ont eu bien du courage pour plonger dans la Garonne avec un courant impressionnant même à l'étal! Ils ont sorti un bout de l'hélice et de la dérive et nous sommes tout de suite partis pour Castets en Dorthes poussés par la marée montante. Avant de quitter Bordeaux nous avons pu sentir et voir arriver le Mascaret et c'est très impressionnant!

Depuis nous suivons le canal et faisons une moyenne d'environ 30-40 kms par jour et 8-10 écluses, cela occupe et le soir nous sommes fatigués!cid-91e7f71a-40d8-46ba-98c1-95b63eb0f0f1.jpgcid-55a95c67-0235-41c9-8207-cea7f79b89cb.jpg Le passage des écluses est assez sportif et même avec le système breveté par Yves Ollier c'est parfois acrobatique... De plus les écluses se suivent et ne se ressemblent pas, certaines sont hautes d'autres moins, et si la plupart sont automatiques certaines sont encore manœuvrées par un éclusier. cid-e3da0c63-a85a-4979-ac61-984a9a275f8c-1.jpg

A Agen nous sommes passés sur le pont-canal au-dessus de la Garonne et c'est vraiment joli et bizarre de voir le fleuve très large à 50 m plus bas tandis que les gens font du vélo et marchent à côté du bateau. La construction de ce canal il y a plus de 150 ans est une vraie prouesse technique.

Hier nous avons fait une escale d'une journée à Moissac célèbre pour son chasselat et pour l'abbaye St-Pierre et son cloître roman aux 110 chapiteaux sculptés.

Le soir Yvon et Tam ont goûté aux spécialités locales, foie gras et confit de canard dégustés avec un vin de Buzet, dans le seul restaurant ouvert. la saison touristique ne commence qu'en mai!

Aujourd'hui nous avons repris le canal et passé 15 écluses, dont 5 à la suite l'une de l'autre et dans une nous avons rencontré une barge qui ne nous laissait pas beaucoup de place. Ce soir nous serons à 35 kms et 13 écluses de Toulouse que nous devrions atteindre demain soir (13 avril).....

Bordeaux - Bègles

Lundi nous sommes arrivés à Bordeaux aprés avoir descendu la Garonne sur 50 kms pour nous mphoto3.jpgettre au bassin à flot près du chantier Le Compas marin.. pour démâter. Rentrer dans le bassin n'est pas facile et il nous a fallu 3hpour passer l'écluse car les barrières du pont sur lequel passe le tram ne se fermaient plus...Dans le bassin à flot nous avons préparé le bateau pour le demâtage et Yves Ollier et Yvon le Cornec sont venus nous prêter main forte. Gamba a maintenant l'air triste et bête sans mât mais est fin prêt pour naviguer sur les canaux.

Jeudi notre nouvel équipier Yvon le Cornec, qui a remplacé Yvon Meynier rentré avec Yves Ollier à Binic, nous a accompagné dans une visite découverte du centre-ville de Bordeaux, en tram et à pied. C'est une belle ville bien rénovée et riche de bien des traditions culturphoto4-2.jpgelles et gastronomiques. Nous avons quitté le bassin à flot le jeudi soir 5 avril quand l'éclusier a bien voulu nous laisser sortir et avons descendu la Garonne et traversé Bordeaux illuminé!photo5-1.jpg

 

Nous sommes arrivés au port de Bègles à la sortie de Bordeaux et nous apprêtons à continuer vers Castets en Dorthes pour passer la 1ere d'une longue série d'écluses...

Royan - Bordeaux

                                                      
Nous avons quitté Royan dimanche matin sous un ciel un peu plus gris que d'habitude pour rejoindre Pauillac sur la Gironde. Il y avait un vent de NE assez froid et pas mal de clapot dans la rivière et le vent a forci,assez vite et est monté jusqu'à 23 noeuds et le bateau était assez chahuté!

Nous sommes arrivés à Pauillac par temps plus calme et avec du soleil en début d'après-midi accueillis à l'entrée du port par une bouteille de vin rouge en guise de perche babord!!!!

Pauillac est une petite ville endormie qui est un peu la capitale du vin dans le Médoc, Haut-Médoc etc.. et ce week-end il y avait une opération portes ouvertes dans les chateaux du coin. Nous nous sommes contentés d'une visite-dégustation à la coopérative locale de la Rose-Pauillac et d'une visite à la Maison du Vin d'où nous avons ramené quelques bouteilles pour la suite du voyage!. De Pauillac nous avons continué la descente de la Gironde et passé le long de nombreux châteaux prestigieux, St-Julien, Margaux et nous avons même admiré Château Yquem...

Nous avons croisé quelques cargos dont celui transportant des pièces pour L' Airbus 380 vers  Bordeaux.

Après le bec d'Ambès et la séparation de la Dordogne et la Garonne, nous avons continué sur Bordeaux où nous sommes arrivés très vite grâce au  courant favorable. Nous sommes passés sous le pont d'Aquitaine, très haut et impressionnant et devons maintenant rentrer dans le bassin à flot pour démâter mercredi après l'arrivée de Yves Ollier et Yvon le Cornec qui viennent nous aider.

suite au prochain numero.....          

Camaret - Royan

Gamba tour de France. Episode 2photo5.jpg

Nous avons quitté Camaret lundi à 8h avec pour but de passer le raz de Sein vers 12h en fin de marée descendante et de continuer ensuite sur Belle-Île. Il faisait très beau et nous avions le  courant avec nous si bien que nous avons passé le Raz à la voile vers 11h et c'était vraiment très beau! la route vers Belle-Île a été un peu dure car nous avions le  vent de face et la mer était assez agitée par endroits. Nous avons  vu des dauphins qui ont joué autour du bateau et sommes finalement arrivés au port de Sauzon à Belle-Île à 3h mardi matin après 16 h de navigation. Le petit port est très joli, il n'y avait personne et nous avons pris une bouée d'échouage pour la nuit. Cet après-midi nous sommes descendus à terre en annexe et avons visité le petit village, les seuls touristes sont soit des cyclistes soit des marcheurs. Il fait aussi beau qu'en été avec le calme en plus.

Mercredi  nous partons pour l'île d'Yeu et nous sommes arrivés à Port-Joinville après une traversée sans histoires et à bonne allure, sous voile et moteur. A Yeu il n'y a pas grand monde quelques classes en voyage scolaire et les touristes sont en short et t-shirt..

photo8.jpgNous sommes repartis le lendemain pour l'île d'Oléron et avons parcouru les 55 miles à la voile par vent de NE pour arriver vers 18h à St-Denis d'Oléron. C'est un très joli petit port bien abrité situé derrière le fameux phare du Chassiron.

De là nous avons rejoint Royan en remontant l'estuaire de la Gironde par beau temps en naviguant d'abord à la voile puis au moteur entre les bouées de chenal dans l'estuaire très large et bien  balisé. Le port de Royan est très grand, bien aménagé et situé en pleine ville ce qui permet de faire un peu de tourisme. Après 8 jours de navigation et 400 miles au loch, (720 km pour les terriens), un jour de repos est le bienvenu!

Le repos à Royan consiste à bricoler ce qui pose problèmes sur le bateau (Yvon) et à faire les courses et un peu de cuisine (Tam) et Maryvonne. La ville est agréable toute blanche et tournée vers la mer, il y a déjà un air du Midi et personne ne semble pressé ou stressé.

photo11.jpgphoto9-1.jpgphoto10.jpg

Dimanche nous partons pour Pauillac et abandonnons l'eau salée pour l'eau presque douce de la Gironde. 

La suite dans quelques jours....

Le départ

Tour de France de Gamba II : départ le vendredi 23 Mars 2012dscf1236-1.jpgdscf1233-2.jpg

 

"Voilà c'est parti!!!! À l'ouverture des portes de Binic le vendredi soir par beau temps et entourés du fan club fidèle et des photographes amateurs, nous avons largué  les amarres et pris la direction de Lézardrieux première étape à la Perdrix. Ce fut aussi un 1er exploit et grâce à l'expérience de notre coéquipier Yvon Meynier et à MaxSea nous avons descendu le Ferlât, et le Trieux dans le noir!... Nous avons eu une pensée émue et admirative pour Hervé qui faisait cette route sur son sablier!!

Samedi nous avons quitté la Perdrix pour rejoindre l'Aber Wrac'h et sous un beau soleil et petit vent d'est nous avons navigué sous grand voile et le code D gennaker (avec un zeste de moteur..). Nous avions prévu d'arriver à l'Aber Wrac'h à 20.30 h pour y retrouver Lioudi parti de Trébeurden le matin et Marie-Françoise et Yvon le Cornec rentrant des festivités familiales à Brest. Hélas les aléas de la navigation ont fait qu'un problème d'axe de bôme nous ont fait arriver à 22h30  sous un beau ciel étoilé en suivant les alignements décrits pour atteindre le port! 

Dimanche le programme prévu consistait du passage du Chenal du Four et du raz de Sein pour arriver à Audierne, mais là encore changements de dernière minute, nous étions trop tard pour passer le Raz de Sein avec les bons courants et nous avons obliqué vers Camaret d'où vous parviendra ce message. Il fait beau, très doux et il y a déjà pas mal de voiliers qui sortent. photo4-1.jpgcid-e4b8cc74-0401-40e2-8f36-c38fc7aed8c4.jpg

Demain nous devons passer le Raz de Sein vers midi et continuer sur Belle-Île, si rien ne change". 

A plus tard pour la suite.

Tâm, Maryvonne et Yvon sur Gamba II.

 

Aux dernières nouvelles aprés  Sauzon, Gamba II a fait escale à l'ile d'Yeu puis à l'ile d'Oléron et devrait être à Royan vendredi 30 au soir.