GAMBA cap sur Strasbourg (4)

Gamba épisode 4.

 

Aux dernières nouvelles, nous venions d'arriver à Verdun, et la suite est donc la plongée dans une page d'histoire en ce centenaire de la Grande Guerre.

Nous avons profité de la halte nautique installée le long du quai de Londres en plein centre ville, amarré entre des péniches hollandaises. A Verdun, nous avons réservé via l'office de tourisme un circuit sur un minibus qui permet de visiter les champs de bataille les plus importants où s'est déroulée la bataille de Verdun.

D'un point de vue stratégique Verdun était un obstacle important pour barrer l'avance allemande et en février 1916 le Kaiser a décidé de mener l'assaut de Verdun et des forts environnants qui constituaient la défense française. Nous avons visité Douaumont où se trouvait un des forts principaux et qui a représenté un des principaux champs de bataille. Celle-ci a duré jusqu'en novembre 1916 avec comme devise pour les Français "On ne passe pas". L'armée française ayant incorporé beaucoup de Bretons têtus, la devise a été respectée et les Allemands ont levé l'assaut en novembre. Coût de l'opération 600.000 morts et environ 500.000 blessés, la moitié dans chaque camp!!!!!

A Douaumont a été construit après la guerre un immense ossuaire pour recueillir les restes des soldats morts sur les champs de bataille, qui est entouré d'un cimetière militaire regroupant 13000 tombes de soldats français et allemands. C'est un endroit très impressionnant et poignant surtout à la pensée de tous ces jeunes soldats morts dans les tranchées. L'arrière grand-père de Sylvie y est enterré, mais elle n'a pas pu retrouver sa tombe.

Photo 4 2Photo 4 3Photo 4 4

C'est aussi devant l'ossuaire de Douaumont qu'a été prise la photo historique de F.Mitterand et H.Kohl se tenant la main, qui a symbolisé la réconciliation franco-allemande 70 ans plus tard. Nous avons également visité la tranchée des baïonnettes, un mémorial don des Américains à la mémoire de 21 soldats français morts debout dans leur tranchée, recouverts d'une couche de terre dont seuls dépassaient les bouts de leurs baïonnettes.

Photo 4 5

 

A Verdun la défense française s'appuyait sur la Citadelle, un ouvrage militaire initié par Vauban et développé par l'armée française qui y avait construit 7 kms de galeries comprenant un hôpital, un magasin, une boulangerie etc.. Nous avons visité les souterrains où un circuit aménagé reconstitue certaines scènes de la vie militaire pendant l'assaut de Verdun, puis sommes rentrés au bateau en mangeant des dragées Braquier confiseur depuis 1783, une spécialité de Verdun.

De Verdun nous avons continué à naviguer sur le canal de la Meuse jusqu'à Pagny sur Meuse et St-Mihiel en souvenir de Claude Corlay qui y avait travaillé, et ensuite jusqu'à  Toul en franchissant une nouvelle échelle de 14 écluses.

Après Toul nous avons pris la Moselle qui est un fleuve large et tranquille que fréquentent les péniches qui veulent relier le Rhin. Les écluses sont très grandes 130 m et larges et Gamba est vraiment tout petit à côté des péniches. Après Toul, nous voulions nous arrêter à la halte nautique de Frouard, décrite sur les cartes comme bien aménagée, mais mauvaise surprise, à part le ponton il n'y avait pas grand chose et nous avons décidé de continuer jusqu'à Nancy. Hélas les horaires des Voies Navigables de France (VNF) sont variables suivant les canaux, les régions etc. Après avoir réussi à passer les écluses à temps nous avons été bloqués à 1km du port de Nancy par un pont-tournant qui ne voulait plus tourner à 18h45 le samedi soir, au lieu des 19h prévues... Nous avons donc amarré le bateau au pied du pont avec vue panoramique sur les 2 feux rouges.. Le dimanche matin à 9h tout fonctionnait à nouveau et nous sommes maintenant au port de Nancy en bordure de quai avec de l'eau, électricité et des douches, le luxe!!!

Tout va bien, sauf le temps qui est froid et pluvieux comme partout en France..
A la semaine prochaine quand il fera meilleur!

 Carte 2

Ajouter un commentaire