GAMBA II cap sur l'ESPAGNE

Croisière Gamba II 2016 épisode 1
 
Voilà c'est parti, les Gamba-deurs ont largué les amarres le 3 juin, Tam et Maryvonne avec leur nouvel équipier Patrick, direction le Sud et la côte nord espagnole. Après l'Irlande et les vents d'Ouest nous avons voulu aller à la rencontre d'autres Celtes et espérons arriver jusqu'en Galice.Photo1 24Photo2 21
La route est longue et les étapes font chaque jour 50-60 miles, d'abord Roscoff, le port de Bloscon, puis l'Aber Wrach. De là nous avons passé la pointe ouest du Finistère et enchaîné le passage du Four pour faire escale à Camaret. De Camaret nous avons passé le raz de Sein, par beau temps et même à la voile avec un vent d'est de 15 nœuds. Le passage est toujours impressionnant et le phare de la Vieille vu de près fait prendre conscience des risques possibles, ensuite nous nous sommes dirigés vers Concarneau pour une escale d'une nuit au pied de la Ville Close. De Concarneau nous avons fait route vers Belle-Ile et sommes depuis avant- hier dans le port d'échouage de Sauzon. L'endroit est très joli, il n'y a pas encore trop de monde et aujourd'hui nous avons fait une pause d'une journée et exploré le nord de l'île à pied.
Jusqu'ici tout se passe bien, nous n'avons pas beaucoup de vent, il y a un anticyclone assez fort dans le coin, mais il fait beau et la navigation n'est pas trop compliquée. Demain nous partons vers l'île d'Yeu, puis La Rochelle et pensons traverser vers Bilbao samedi si la météo le permet.
J'enverrai plus de nouvelles en début de semaine prochaine.
 
Croisière Gamba II 2016. épisode 2
 
L’irrésistible descente de GambaII vers le Sud a été stoppée net vendredi dernier pour cause de météo peu coopérative!! L'anticyclone venant du sud s'est transformé en une dorsale peu apte à contenir les dépressions venant du nord et le golfe de Gascogne est devenu peu
recommandable pour les navigateurs pas assez aguerris pour affronter ses humeurs...
Photo4 16Photo3Photo5 8
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous nous sommes donc réfugiés aux Sables d'Olonnes après l'escale à l'île d'Yeu et y avons passé 3 jours. Le port est très bien protégé des vents d'Ouest et toutes les activités de la petite ville sont centrées sur la pêche, la croisière et bien sûr l'organisation du Vendée Globe. Nous y étions pendant l'arrivée de la course New-York-Sables Vendée remportée par Jérémie Beyou, tandis que le bateau de Yann Elies n'est arrivé que 3 jours plus tard, faute de vent. Nous avons pu admirer de près les IMOCA 60'pieds très impressionnants.
Lundi nous avons navigué jusqu'à la Rochelle et devrons sans doute y rester jusqu'à samedi pour attendre la fin de la dépression. Nous sommes au ponton dans le port des Minimes, gigantesque mais bien relié au centre-ville par un bus de mer. Aujourd'hui nous avons visité la ville qui est jolie et où il est agréable de se promener. Le passé maritime de la Rochelle est très présent dans les quais, les maisons avec façades sculptées etc.… Il y a beaucoup d'animation et le temps est assez doux, à part le vent. Notre équipier Patrick est parti aujourd'hui à la découverte de l'île de Ré que nous connaissons déjà depuis la croisière à Rochefort en 2010. Demain nous continuerons les ballades et préparerons la traversée vers Bilbao.
J'espère que mon prochain message commencera par Olà..
 
 
Croisière Gamba II  2016 épisode 3
 
Olà la!!! Nous sommes arrivés à Bilbao hier après-midi, après 33h de navigation et 200 miles! Grâce à Passageweather et à l'expertise de Tâm pour la fiabilité des prévisions météo, nous avons fait une traversée sans problèmes et à 6 nœuds de moyenne, tout à fait respectable pour GambaII..Photo6Photo7Photo8 1
Le vent était d'abord nord-ouest, est tombé pendant la nuit puis a viré au sud-est le matin ce qui nous a permis, aidé par le moteur de temps en temps, de bien avancer. La mer était un peu agitée au début puis s'est calmée, et l'arrivée sur Bilbao par un ciel bleu et grand soleil a vite fait oublier la fatigue de la nuit!
Le port de Bilbao n'est pas très engageant à l'entrée qui est réservé au commerce, mais il y a plusieurs petites marinas au fond de la baie et celle de Getxo est très confortable. D'ici on peut gagner Bilbao en métro et demain nous irons visiter la ville. Aujourd'hui c'est relâche et nettoyage du bateau, 
Patrick nous a quittés ce matin ayant trouvé un covoiturage avec un Espagnol qui voulait assister au match de l'Espagne ce soir à Bordeaux... de là Blablacar l'emmène direct à St-Brieuc, plus rapide que la navigation. 
Ici cela sent les vacances et nous allons explorer la côte basque, des Asturies jusqu'à Gijon où Nicolas nous rejoindra début juillet. Comme vous êtes maintenant tous rassurés sur notre sort, je vous enverrai quelques photos ensoleillées la semaine prochaine.
 
Croisière Gamba II  2016 épisode 4
 
Voici la suite de nos châteaux en Espagne ou plutôt de nos humbles places de ponton, assez difficiles à assurer quand on ne parle pas espagnol..
Nous sommes restés 3 jours à Bilbao-Getxo et c'était un bon endroit pour récupérer de la traversée, remettre le bateau en bon état, et explorer un peu les environs. La vie au Pays Basque est calme, les vacances avaient déjà commencé et les plages étaient pleines de monde. Nous avons pris le métro pour aller à Bilbao visiter le musée Guggenheim et flâner un peu dans la ville. Après avoir vu la Fondation Vuitton à Paris l'an dernier, la réalisation de Frank Gehry à Bilbao date un peu et les matériaux, techniques etc..ont bien progressé en 20 ans. Le bâtiment reste une des attractions de la ville et le chien de Jef Koons se fait photographier sous les angles.Photo13Photo9 2Photo10 1Photo11 1Photo12
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photo14
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De là, nous avons fait route vers Laredo, recommandé dans l'Imray comme une marina modèle. En arrivant nous avons découvert une marina fantôme, de 855 places, avec à peine un bateau par ponton..La surprise, en plus désagréable, s'est poursuivie chez le maître de port qui nous annoncé qu'il n'y avait ni toilettes ni douches et que la nuit de port coûtait 41€, à régler au Gouvernement de la province de Cantabria.. A éviter si vous naviguez dans les parages! Consolation, comme c'était la St-Jean les habitants du quartier du port avait organisé un barbecue et nous avons mangé 3 sardines grillées, avec du pain et un verre de vin, le tout pour 1€!!!.
De Laredo nous avons atteint Santander, la capitale de Cantabria assez industrielle, et sommes restés 2 nuits dans la marina confortable au fond de la baie. De là nous avons rejoint la ville en bus et exploré le centre, en particulier le marché de l'Esperanza dans les Halles, où les étals de poissons sont assez impressionnants. On y trouve beaucoup de thon et de bonite et les autres poissons pêchés en Bretagne, ainsi que des coquillages, pétoncles, pousse-pied, palourdes etc..Les anchois sont aussi une spécialité de cette côte et nous avons apprécié.
Photo15Photo16De Santander nous sommes allés à Llanes, un petit port de pêche qui accueille aussi quelques plaisanciers de passage le long d'un ponton de "transito" réservé aux étrangers.. Les Espagnols ici ne sont pas très intéressés par les visiteurs étrangers dont ils ne parlent pas la langue et préfèrent rester entre eux..La plaisance n'est pas très développée car les conditions climatiques ne sont pas toujours très bonnes, jusqu'ici nous avons eu de la chance, assez beau temps, peu de vent mais aussi peu de houle. Le long de la côte en naviguant vers Llanes, nous avons aperçu la chaîne de montagne des Picos d'Europa qui culminent à 2500 M et dont les sommets restent enneigés.
 
La prochaine étapePhoto17 à été Lastres, un autre petit port typique mais où les chalutiers entrent et sortent toute la nuit et le ponton "transito" n'était pas très calme.
Aujourd'hui nous sommes à Gijon la capitale des Austuries, dont la marina en pleine ville est bien aménagée. Si la météo le permet, nous essaierons d'atteindre Ribadeo avant la fin de la semaine et attendrons l'arrivée de Nicolas Hommey mardi prochain à l'aéroport de Gijon, mais ceci est pour l'épisode 5...
 
Ajouter un commentaire