Dartmouth

   

Binic - Dartmouth - Binic

Mai 2013

  

 

Mardi 7 mai nous sommes deux bateaux, «Oberen » et « Joanna » à appareiller de Binic à la marée du soir. « Jouvente » est parti le matin, Nicolas souhaitant passer par Guernesey. Nous nous rejoindrons à Dartmouth.

Sur « Oberen », Olivier a embarqué Yves, Patrick, qui a délaissé « Hilarion » et Anne, dont « Anda » est au sec. Sur « Joanna » Solange et moi avons embarqué Francis, ainsi que Valérie et Denis qui ont temporairement abandonné « Papillon ».

Les équipages sont équilibrés et sympa, et la météo nous prévoit des vents de sud-est passant sud puis sud-ouest, modérés puis forcissant 5 à 6. Belle traversée de portant en perspective.

« Oberen » parti légèrement sous-voilé se fait distancer. Aussitôt rétabli toute la toile, il nous rattrapera inexorablement pour nous passer dans la nuit. Ce début de traversée avec 15 nœuds de vent grand largue, est facile. Valérie et Denis, habitués à la barre franche, en profitent pour prendre « Joanna »  en main. 

dsc-0001.jpg

Comme annoncé le vent passera sud puis sud-ouest en forcissant. Nous passerons une bonne partie de la nuit sous grand voile et génois tangonné en ciseau, réduisant un peu en milieu de nuit, pour renvoyer toute la toile dans la matinée. Même s’il fait relativement frais pour un mois de mai, tout le monde apprécie cette belle traversée rapide.

dsc-0006.jpgdsc-0010.jpg

A 12h40 nous entrons dans la Dart River et à 13h00 nous sommes amarrés à Kingswear en face Dartmouth. « Oberen » est arrivé depuis 3/4h et nous a préparé l’apéritif.

 

 

 

 

dsc-0024.jpgdsc-0026.jpg

Jouvente nous rejoint dans l’après-midi. Les équipages sont fatigués et ce 1er soir tout le monde va rapidement à la bannette.

Jeudi matin, malgré une météo maussade, voir franchement humide, nous partons visiter Dartmouth. Dans une des églises de la ville, très cosy (moquette au sol, fauteuils) un organiste répète. Nous avons donc droit à un concert improvisé.

dsc-0050.jpgdsc-0067.jpg

La marina de Kingswear borde la gare et l’après midi nous partons en train vapeur vers Preston. Nous longeons la baie de Torquay où quelques navires, dont le Bellem, sont venus se mettre à l’abri d’un méchant coup de vent. Nous faisons une ballade à pied, toujours sous une météo typiquement britannique, avant de reprendre notre train à vapeur pour le retour à bord, où nous faisons apéro et repas commun.

 

 

Le vendredi nous pensions aller à Salcombe mais avec un 7/8 de sud-ouest annoncé nous restons tranquillement  à Dartmouth pour aller déguster un fish and chips.

L’après midi, pour faire plaisir à Valérie qui n’a jamais pratiqué ce moyen de transport, nous voilà partis en « Double-decker Bus »,

 pour une promenade à Kingsbridge, à travers les petites routes du bocage sud anglais.

 Emotions garanties lors des croisements avec d’autres bus ou camions et rigolade assurée.

Pour la petite histoire, contrairement à ce qui est écrit dans « Les Piliers de la terre » il n’y a jamais eu de cathédrale à Kingsbridge. Pour continuer à sacrifier aux traditions anglaises, nous enchaînons avec une soirée Pub.

dsc-0115.jpgdsc-0118.jpgp1050109.jpg 

 

Samedi, pour le retour, les prévisions météo nous donne un vent de force 6/7 tournant WNW à la mi-journée en mollissant 4/5 dans l’après midi. Nous décidons d’appareiller pour 15H. « Jouvente » un peu moins rapide préfère partir pour midi. Quand nous partons le vent est encore WSW 7 et la prévision s’avérera bonne, mais avec une dizaine heures de retard.

 

Nous réduisons en conséquence mais la traversée sera malgré tout  musclée et glaciale. « Oberen » toujours un peu plus rapide que « Joanna » nous distance inexorablement et rentre directement à Binic. Sur « Joanna » nous nous arrêtons, comme prévu, à Bréhat où nous arrivons à 6H. Mouillage dans le sud du Kerpont, petit déjeuner, repos,  puis apéritif dans le cockpit sous un soleil réparateur. Nous rentrons à Binic à la marée du soir, à l’issue de ce qui aurait pu être une belle croisière pour tous.

Hélas nous apprenons que cela a tourné au drame sur « Jouvente » qui a vu disparaître un équipier au sud ouest de Guernesey, vers laquelle l’équipage s’était dérouté pour subir moins durement la mer. Nous ressentons tous une immense peine et garderons toujours le souvenir du sourire jovial de René. Même si aujourd’hui « Jouvente » a put reprendre librement la mer pour rentrer à Binic, il reste la tristesse, pour nous rappeler que cette mer, objet de toute nos passion peut s’avérer des plus cruelle.

 

 

Ajouter un commentaire