Blog

7 janvier cour de mécanique et galette des rois

Comme l'an passé Yann BABIER le maître de port nous a proposé un cour de mécanique, mais cette fois avec application pratique.

Après un petit rappel des notions théoriques en salle (et au chaud) nous sommes allés à l’atelier, où Yann avait préparé un moteur sur banc pour que nous puissions vraiment mettre les mains dans la graisse.

Il a d’abord fallu reconnaître les divers composants du moteur, ce qui n'a pas été évident pour tout le monde,avant d'avoir le droit de prendre les outils pour déposer un filtre, le remonter, purger le circuit de gas-oil ou encore tendre la courroie d'alternateur....

Dsc 4Dsc 6Dsc 9

En ce 7 janvier il faisait particulièrement froid et vers 17h30 tout le monde fut bien content de retourner à la "Cocotte" pour les vœux de notre président, nous souhaitant de belles navigations ensoleillées pour 2017. Ensuite la traditionnelle galette des rois accompagnée de son non moins traditionnel vin chaud, concocté comme tous les ans par Yvon, a été particulièrement apprécié de ceux qui se sont gelé à l'atelier, l'ambiance montant avec les calories avalés.

Dsc 16Dsc 10Dsc 19

 

                Malgré tout, Marie-Aude, particulièrement  studieuse ne se laissée pas déconcentrer. Aussitot la galette avalée, elle était déjà plongée dans les révisions mécaniques. La prochaine séance sera à faire à bord sur un moteur en situation dans sa cale, avec l'accessibilté bien connue de nos chères mécaniques...

                Dsc 20

GAMBA retour d'ESPAGNE

 

croisière Gamba 2016 épisode 6

les marins espagnols sont redevenus bretons depuis déjà 10 jours.. Nous avons traversé le golfe de Gascogne le vendredi 15 juillet à partir de Santander et sommes arrivés aux Sables d'Olonnes samedi dans la nuit, soit 44h plus tard! la traversée de retour n'a pas été aussi rapide ni confortable qu'à l'aller car il y avait de la mer, de la houle et surtout nous avions le vent de face..
Aprés une journée de récupération, nous avons repris la mer vers le nord en essayant d'explorer des ports et escales que nous ne connaissions pas. Nous nous sommes d'abord arrêtés à l'île d'Yeu puis de là sommes partis vers l'île d'Houëdic où nous avons passé une journée et une nuit. C'est une escale renommée en Bretagne sud et le caractère sauvage de la petite île et sa proximité de Belle-île, Photo26Quiberon et le golfe du Morbihan attirent beaucoup de touristes.Photo22
Nous avons aussi vu Houat au passage et avons ensuite navigué vers Port-Haliguen où Geneviève et Bernard Chateau nous ont accueillis pour la soirée. De la presqu'île de Quiberon, nous avons fait un détour par les îles des Glénans, avant d'arriver à Concarneau, où NIcolas n'avait jamais fait escale.
Aprés une soirée galettes dans la Ville Close, nous avons navigué vers l'île de Sein, où nous sommes restés 2 jours. Il faisait beau, et nous avons pu apprécier le caractère unique de l'île, trés basse sur l'eau, aux ruelles étroites et aux vieilles maisons de pierre serrées les une contre les autres. Nous avions mouillé et échoué dans le bassin face aux quais et pleinement profité des changements de lumière et perspectives en fonction Photo25Photo23de la journée.Photo27
De Sein, nous avons continué notre tour des îles de Bretagne sud en allant à Molène, où nous sommes arrivés dans la brume. Le lendemain nous nous sommes promenés sur l'île qui est restée assez sauvage, mais moins typique que Sein.
Aprés le détour par les îles, nous sommes revenus vers la terre et avons fait escale à l'Aber Benoît, puis l'Aber wrac'h où Marie-Photo28Françoise et Yvon le Cornec sont venus nous dire bonjour, accompagnés de leur petite Lily.
Aujourd'hui nous sommes à Roscoff, demain St-Quay et vendredi Binic, aprés exactement 8 semaines de navigation et un périple passionnant. GambaII va reprendre sa place au ponton D et je pense que nous allons récupérer un peu. Bonnes Vacances.

GAMBA II cap sur l'ESPAGNE suite

Croisière GambaII  2016 épisode 5

"Donde esta la maleta"????
La vie à bord de GambaII est rythmée depuis une semaine par cette question lancinante : "Où est passée la valise de Nicolas"?????.
Nicolas Hommey nous a en effet rejoints mardi dernier et pour arriver à l'aéroport de Oviedo où nous l'avons récupéré, il a confié son sort et celui de sa valise à la compagnie espagnole Vueling qui devait l'amener de Paris à Barcelone puis à Oviedo. Hélas, Vueling qui a beaucoup de problèmes pour transporter ses passagers en a encore plus pour acheminer leurs bagages et Nicolas est arrivé à Oviedo sans "maleta".
Après de nombreux appels vers le  répondeur de Vueling, nous avons espéré pendant 5 jours que la valise serait livrée au port de Ribadeo comme Nicolas l'avait demandé. Pour attendre nous avons donc navigué un peu vers l'ouest et avons exploré les rias galiciennes de Vivero et de Santa Marta de Ortigueirra.Photo18
Les rias de Galice n'ont pas volé leur réputation et ces baies très larges et profondes sont trés belles et plus impressionnantes que les abers bretons. Vivero est une grande marina, pleine de bateaux bretons, au fond de la ria, très bien abritée et où un festival folk-rock mettait de l'ambiance pour le week-end..Nous avons regardé le match de foot France-Islande en dégustant des raciones de poulpe à la galicienne, spécialité locale.Photo19
Le lendemain nous avons navigué jusqu'à la ria suivante de Sta Marta de Ortigueirra, qui se termine par la remontée d'une rivière entre falaises et bancs de sable avec 2-3 M de profondeur à mi-marée, c'est assez sportif mais très joli. Le petit port est connu pour son festival de musique celtique, qui est le pendant de celui de Lorient. Pour le retour sur la rivière le lendemain, nous avons navigué dans le brouillard, de bouée rouge en bouée verte, et étions assez soulagés de retrouver la mer! De là nous sommes retournés à Ribadeo et à la première question au bureau du port, concernant évidemment l'arrivée de la valise, la réponse fût négative!!! Nous sommes alors repartis vers l'est, vers Gijon à fin de nous rapprocher de Santander, d'où nous voulons traverser vers la France.
Entre Gijon et Santander nous avons fait escale à Ribadisella, un autre petit port à l'embouchure d'une rivière et là à nouveau les émotions garanties pour prendre le chenal entre un quai et un banc de sable avec une profondeur minimum... Un dériveur est vraiment apprécié dans ces cas-là.
A Ribadisella le suspense a pris fin, la maleta est arrivée à Guingamp et à été réceptionnée par Odile Hommey, fin de l'épisode, merci Vueling!Photo20Photo21
Nous sommes maintenant à Santander, où nous avons trouvé une place dans la marina du Réal Club Maritimo Santander, en pleine ville et ce matin nous sommes retournés au marché aux poissons acheter des anchois et du thon avant de quitter l'Espagne demain matin pour les Sables d'Olonnes si la météo ne change pas.
le prochain message devrait être français et d'ici là Hasta luego..

GAMBA II cap sur l'ESPAGNE

Croisière Gamba II 2016 épisode 1
 
Voilà c'est parti, les Gamba-deurs ont largué les amarres le 3 juin, Tam et Maryvonne avec leur nouvel équipier Patrick, direction le Sud et la côte nord espagnole. Après l'Irlande et les vents d'Ouest nous avons voulu aller à la rencontre d'autres Celtes et espérons arriver jusqu'en Galice.Photo1 24Photo2 21
La route est longue et les étapes font chaque jour 50-60 miles, d'abord Roscoff, le port de Bloscon, puis l'Aber Wrach. De là nous avons passé la pointe ouest du Finistère et enchaîné le passage du Four pour faire escale à Camaret. De Camaret nous avons passé le raz de Sein, par beau temps et même à la voile avec un vent d'est de 15 nœuds. Le passage est toujours impressionnant et le phare de la Vieille vu de près fait prendre conscience des risques possibles, ensuite nous nous sommes dirigés vers Concarneau pour une escale d'une nuit au pied de la Ville Close. De Concarneau nous avons fait route vers Belle-Ile et sommes depuis avant- hier dans le port d'échouage de Sauzon. L'endroit est très joli, il n'y a pas encore trop de monde et aujourd'hui nous avons fait une pause d'une journée et exploré le nord de l'île à pied.
Jusqu'ici tout se passe bien, nous n'avons pas beaucoup de vent, il y a un anticyclone assez fort dans le coin, mais il fait beau et la navigation n'est pas trop compliquée. Demain nous partons vers l'île d'Yeu, puis La Rochelle et pensons traverser vers Bilbao samedi si la météo le permet.
J'enverrai plus de nouvelles en début de semaine prochaine.
 
Croisière Gamba II 2016. épisode 2
 
L’irrésistible descente de GambaII vers le Sud a été stoppée net vendredi dernier pour cause de météo peu coopérative!! L'anticyclone venant du sud s'est transformé en une dorsale peu apte à contenir les dépressions venant du nord et le golfe de Gascogne est devenu peu
recommandable pour les navigateurs pas assez aguerris pour affronter ses humeurs...
Photo4 16Photo3Photo5 8
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous nous sommes donc réfugiés aux Sables d'Olonnes après l'escale à l'île d'Yeu et y avons passé 3 jours. Le port est très bien protégé des vents d'Ouest et toutes les activités de la petite ville sont centrées sur la pêche, la croisière et bien sûr l'organisation du Vendée Globe. Nous y étions pendant l'arrivée de la course New-York-Sables Vendée remportée par Jérémie Beyou, tandis que le bateau de Yann Elies n'est arrivé que 3 jours plus tard, faute de vent. Nous avons pu admirer de près les IMOCA 60'pieds très impressionnants.
Lundi nous avons navigué jusqu'à la Rochelle et devrons sans doute y rester jusqu'à samedi pour attendre la fin de la dépression. Nous sommes au ponton dans le port des Minimes, gigantesque mais bien relié au centre-ville par un bus de mer. Aujourd'hui nous avons visité la ville qui est jolie et où il est agréable de se promener. Le passé maritime de la Rochelle est très présent dans les quais, les maisons avec façades sculptées etc.… Il y a beaucoup d'animation et le temps est assez doux, à part le vent. Notre équipier Patrick est parti aujourd'hui à la découverte de l'île de Ré que nous connaissons déjà depuis la croisière à Rochefort en 2010. Demain nous continuerons les ballades et préparerons la traversée vers Bilbao.
J'espère que mon prochain message commencera par Olà..
 
 
Croisière Gamba II  2016 épisode 3
 
Olà la!!! Nous sommes arrivés à Bilbao hier après-midi, après 33h de navigation et 200 miles! Grâce à Passageweather et à l'expertise de Tâm pour la fiabilité des prévisions météo, nous avons fait une traversée sans problèmes et à 6 nœuds de moyenne, tout à fait respectable pour GambaII..Photo6Photo7Photo8 1
Le vent était d'abord nord-ouest, est tombé pendant la nuit puis a viré au sud-est le matin ce qui nous a permis, aidé par le moteur de temps en temps, de bien avancer. La mer était un peu agitée au début puis s'est calmée, et l'arrivée sur Bilbao par un ciel bleu et grand soleil a vite fait oublier la fatigue de la nuit!
Le port de Bilbao n'est pas très engageant à l'entrée qui est réservé au commerce, mais il y a plusieurs petites marinas au fond de la baie et celle de Getxo est très confortable. D'ici on peut gagner Bilbao en métro et demain nous irons visiter la ville. Aujourd'hui c'est relâche et nettoyage du bateau, 
Patrick nous a quittés ce matin ayant trouvé un covoiturage avec un Espagnol qui voulait assister au match de l'Espagne ce soir à Bordeaux... de là Blablacar l'emmène direct à St-Brieuc, plus rapide que la navigation. 
Ici cela sent les vacances et nous allons explorer la côte basque, des Asturies jusqu'à Gijon où Nicolas nous rejoindra début juillet. Comme vous êtes maintenant tous rassurés sur notre sort, je vous enverrai quelques photos ensoleillées la semaine prochaine.
 
Croisière Gamba II  2016 épisode 4
 
Voici la suite de nos châteaux en Espagne ou plutôt de nos humbles places de ponton, assez difficiles à assurer quand on ne parle pas espagnol..
Nous sommes restés 3 jours à Bilbao-Getxo et c'était un bon endroit pour récupérer de la traversée, remettre le bateau en bon état, et explorer un peu les environs. La vie au Pays Basque est calme, les vacances avaient déjà commencé et les plages étaient pleines de monde. Nous avons pris le métro pour aller à Bilbao visiter le musée Guggenheim et flâner un peu dans la ville. Après avoir vu la Fondation Vuitton à Paris l'an dernier, la réalisation de Frank Gehry à Bilbao date un peu et les matériaux, techniques etc..ont bien progressé en 20 ans. Le bâtiment reste une des attractions de la ville et le chien de Jef Koons se fait photographier sous les angles.Photo13Photo9 2Photo10 1Photo11 1Photo12
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photo14
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De là, nous avons fait route vers Laredo, recommandé dans l'Imray comme une marina modèle. En arrivant nous avons découvert une marina fantôme, de 855 places, avec à peine un bateau par ponton..La surprise, en plus désagréable, s'est poursuivie chez le maître de port qui nous annoncé qu'il n'y avait ni toilettes ni douches et que la nuit de port coûtait 41€, à régler au Gouvernement de la province de Cantabria.. A éviter si vous naviguez dans les parages! Consolation, comme c'était la St-Jean les habitants du quartier du port avait organisé un barbecue et nous avons mangé 3 sardines grillées, avec du pain et un verre de vin, le tout pour 1€!!!.
De Laredo nous avons atteint Santander, la capitale de Cantabria assez industrielle, et sommes restés 2 nuits dans la marina confortable au fond de la baie. De là nous avons rejoint la ville en bus et exploré le centre, en particulier le marché de l'Esperanza dans les Halles, où les étals de poissons sont assez impressionnants. On y trouve beaucoup de thon et de bonite et les autres poissons pêchés en Bretagne, ainsi que des coquillages, pétoncles, pousse-pied, palourdes etc..Les anchois sont aussi une spécialité de cette côte et nous avons apprécié.
Photo15Photo16De Santander nous sommes allés à Llanes, un petit port de pêche qui accueille aussi quelques plaisanciers de passage le long d'un ponton de "transito" réservé aux étrangers.. Les Espagnols ici ne sont pas très intéressés par les visiteurs étrangers dont ils ne parlent pas la langue et préfèrent rester entre eux..La plaisance n'est pas très développée car les conditions climatiques ne sont pas toujours très bonnes, jusqu'ici nous avons eu de la chance, assez beau temps, peu de vent mais aussi peu de houle. Le long de la côte en naviguant vers Llanes, nous avons aperçu la chaîne de montagne des Picos d'Europa qui culminent à 2500 M et dont les sommets restent enneigés.
 
La prochaine étapePhoto17 à été Lastres, un autre petit port typique mais où les chalutiers entrent et sortent toute la nuit et le ponton "transito" n'était pas très calme.
Aujourd'hui nous sommes à Gijon la capitale des Austuries, dont la marina en pleine ville est bien aménagée. Si la météo le permet, nous essaierons d'atteindre Ribadeo avant la fin de la semaine et attendrons l'arrivée de Nicolas Hommey mardi prochain à l'aéroport de Gijon, mais ceci est pour l'épisode 5...

GAMBA en Irlande

Irlande 2015 En mai - juin Gamba est allé faire une belle croisière Irlandaise avec plusieurs membres du club qui se sont relayés à bord

irlande-2015.pdf (8.3 Mo)

La Gaffe d'or

            Il avait été demandé aux membres du club de raconter les avatars survenus durant leurs navigation de l'année.

Lors de notre assemblée générale, nous avons decerné la gaffe d'or pour la plus belle bourde de l'année:

vainqueur à l'hunanimité, CORDUC

Corduc 07 brehat la gaffecorduc-07-brehat...-la-gaffe.pdf (1.69 Mo)

Mais ce n'est pas le seul gaffeur

La gaffe de joannala-gaffe-de-joanna.pdf (44.81 Ko)

Probleme moteur patrickprobleme-moteur-patrick.pdf (20.39 Ko)

La gaffe de swellla-gaffe-de-swell.pdf (5.84 Ko)

JOANNA est de retour à Binic

JOANNA de retour de sa croisière ISLANDAISE est rentré au port le 30 Août à 10 heures.

P1550586 fileminimizerP1550591 fileminimizerP1550592 fileminimizerP1550594 fileminimizer

P1550596 fileminimizerP1550597 fileminimizerP1550599 fileminimizerP1550600 fileminimizer

Triangle de la Baie vu par SWELL

Le triangle de la Baie vu par SWELL

 

Super triangle qui nous a donné tous les bonheurs : Soleil, petit vent 3-4 B, belles images des falaises  de Plouha etc....

Vendredi 25 Juillet:

dare) et en voiture Nadège et Gilles (GENESIS). J'ai eu le temps de préparer l'apéro ponton traditionnel. On se tasse dans le cockpit de SWELL: grignotage, vin rosé, Vouvray....Douceur du soleil qui descend....On refait le monde jusqu'à la naissance de la 1ère étoile et la dernière goutte des bouteilles....

Samedi 26 Juillet:

2ème étape ! Vent de Nord-Est 2-3 B comme hier; beau soleil ! Toute la flottille quitte Dahouët à 9 H. Devant " Rohein " le vent tombe, on marche à 3-4 nœuds !....tranquilles !....un temps à mettre la ligne à maquereaux si j'avais pas la flemme !!! Vers 11h le vent tombe complètement !.....On marche à 1,8 nœuds (ce n'est même plus une vitesse à maquereaux) Il ya 2 heures que nous sommes partis et nous sommes encore devant Rohein. Il va falloir mettre les gaz !....Olivier dit qu'il faut se rapprocher de la côte pour avoir le courant avec nous. Un peu plus tard on s'aperçoit qu'HILARION est toujours à la traîne : il a des ennuis avec son moteur hors bord. On se déroute pour aller voir ce qui se passe et Alain lui propose un remorquage provisoire qu'il refuse ....Les choses s'arrangent et à midi 1/2 on passe les Hors, le vent se lève. On va direct vers la pointe de Bilfot mais Olivier conseille la petite anse à la pointe de Minard. Alors tout Bavaria 34 "speed" qu'on est on se fait allègrement doubler par le First 21 qui fonce du vent plein les voiles !.....C'est quoi cette histoire ? " - Alain fait quelque chose !!!!" L'histoire c'est que nous avons ramassé un gros paquet de goémons qui freine l'hélice....Après le pique nique, Nathalie a la gentillesse de plonger pour nous débarrasser des goémons. On repart vers 17h pour Paimpol : arrivée royale toutes les portes de l'écluse sont ouvertes ! On s'amarre tous au même ponton et...nouvel apéro que viennent partager, depuis Lézardrieux, Michel et Vonette. Ensuite on finit la soirée sur " OBERENN " Malgré l'apéro ponton, on engloutit les 7 pizzas commandées par Olivier. L'air de la mer " ça creuse ! "

Dimanche 27 Juillet:

3ème étape : Parcours libre au gré de chacun pour fermer le triangle. Réveil (pour moi) en fanfare ou plutôt au bruit du moteur....Alain m'annonce qu'on est parti ! Décision prise devant la fermeture imminente des portes de l'écluse ! et mon capitaine n'aime pas les passages d'écluses à Paimpol (Tam, toi qui a battu tous les records et qui est le champion incontesté, soit indulgent !). Je suis furieuse, nous n'avons pas eu le temps de dire au revoir aux autres et j'espère qu'ils nous pardonneront.
Donc, on a quitté Paimpol à 8heures, le ciel est un peu voilé, le bulletin météo annonce vent de Nord-Ouest 3-4B. On va s'amarrer quelques heures à St Quay le temps d'aller faire une ballade vers le sémaphore en attendant la renverse du courant.

 
Au retour le vent est régulier, on navigue toutes voiles dehors et on retrouve Dahouët "Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage" même si nous sommes allés moins loin ....

Avec l'accord du capitaine de " SWELL "
                                                                 Chantal

GAMBA est de retour à Binic

Croisière Gamba Episode 9.
Suite et Fin

Voilà c'est fini, nous sommes rentrés hier soir à St-Quay, à temps pour le match de foot France-Allemagne.., et Tâm et Nicolas ont ramené le bateau à Binic aujourd'hui. Cela fait un peu bizarre de retrouver le plancher de vaches après presque 3 mois sur l'eau et la maison semble très grande comparée au carré et la cabine de Gamba!
Le retour par la mer s'est très bien passé et nous avons eu beau temps et un vent d'est qui nous a poussés vers la Bretagne pendant la majorité du trajet. De St-Valery sur Somme nous avons navigué vers Dieppe et Fécamp, comme à l'aller mais ensuite nous avons fait escale au Havre, en longeant les falaises de St-Valery en Caux et Etretat. Au Havre nous avons eu le temps de visiter un peu la ville, l'église St-Joseph, sa tour et ses vitraux et les quartiers reconstruits après les bombardements de la dernière guerre par l'architecte A. Perret, un adepte des constructions en béton, avant-gardiste pour l'époque.

Photo 9 1Photo 9 2Photo 9 3
 Du Havre, nous avons traversé la baie de Seine en direction de St-Vaast la Hougue, un petit port bien abrité et pittoresque où cohabitent chalutiers et bateaux de plaisance. L'entrée peut être assez mouvementée si le chalutier sortant refuse la priorité au plaisancier rentrant, demandez à Nicolas! A St-Vaast nous sommes restés 2 jours, le temps de déguster les huitres et de découvrir les paysages à l'entour.
 De St-Vaast, nous avons fait escale à Cherbourg en passant par la pointe de Barfleur, car la météo était un.peu incertaine, puis nous avons passé le cap de la Hague et le raz Blanchard pour arriver à Dielette. Ce petit port situé à 15 M au sud de Cherbourg est assez facile d'accès et bien abrité, il est aussi le voisin du nouveau réacteur nucléaire l'EPR en construction à Flamanville, à la sortie du port. De Dielette nous avons fait une petite navigation jusqu'à Carteret 15M plus au sud, que nous ne connaissions pas non plus. Ce port est situé au bout d'un long chenal et n'est accessible que 2 h avant au après la pleine mer, mais la petite ville est jolie et le port bien protégé.
Après Carteret, l'escale suivant a été à Chausey où nous nous sommes d'abord amarrés dans le Sound, puis avons échoué sur la plage au pied du château Renaud la nuit suivante. Il faisait très beau et il y avait déjà des baigneurs intrépides.
En voulant quitter Chausey nous avons eu quelques émotions car le moteur ne voulait pas démarrer la batterie étant déchargée! Nicolas et Tam ont fait appel à leurs connaissances en circuit électrique et après démonté les autres batteries et branché celles-ci en parallèle le moteur a consenti à démarrer au grand soulagement de l'équipage...

Photo 9 4Photo 9 5
De Chausey nous avons navigué vers St-Cast, en croisant le Renard copie du navire de Surcouf, et y avons retrouvé Chantal et Alain Duros venus en voisins d'Erquy. Après St-Cast, tout devenait facile et rentrer à St-Quay en passant par les Landas etc… était un classique de la navigation dans la baie de St-Brieuc. Yves Ollier nous attendait à St-Quay pour prendre les amarres et nous ramener par la route à Binic.


Nous sommes donc rentrés hier et depuis il pleut!!! C'est la fin de cette chronique, rendez-vous dans ???? années pour de nouvelles aventures sur Gamba II.
 


 

SAINT MALO 28 et 29 juin

SAINT MALO (28 et 29 juin 2014)

Trois bateaux ont répondu à l’appel :

OBERENN avec Olivier et Nathalie

PAPILLON avec Denis et Valérie

GENESIS avec Gilles et Nadège qui ont embarqué Patrick tout émoustillé à l’idée d’essayer un SO 32 et de vérifier si sa barre à roue était mieux adaptée à ses bras que celle d’un Dufour 40.

Samedi 28 juin : Départ groupé à 9 heures 30.

Olivier, la veille, nous avait annoncé une météo «sympa»….Elle le fut surtout pour nos voiles qui sont restées sagement roulées et logées dans leurs lazy bags  pendant toute la route. Pas la moindre petite risée, ni de petits mouvements de houle même au passage du cap FREHEL. La Manche ressemblait à un lac !

Les régimes de moteurs réglés à 4.5 nœuds toute la petite flottille à la queue leu leu fit route classique via Rohein, les Landas etc….

Vers 10 heures 30 après avoir vérifié que le pilote et le moteur fonctionnaient à merveille, Patrick nous proposa un petit breakfast agrémenté de pains aux raisins achetés à la boulangerie de Binic juste avant de partir. Sympa….

Après avoir passé les Landas, OBERENN  rejoint la côte pour étaler moins de courant mais comme nous ne sommes pas pressés et qu’il fait relativement beau et doux, il est décidé de poursuivre la route sans changer de cap et de déplier la table de cockpit pour faire honneur au buffet froid qui se trouvait dans le frigo…..

Après le repas et avoir laissé  Nadège et Patrick en veille et en grand bavardage, je vais m’adonner à une petite sieste réparatrice.

Au réveil et passé FREHEL, les trois bateaux se regroupent, pour faire route à vitesse réduite et sous une bonne averse vers la passe d’entrée sur SAINT MALO, où nous sommes accueillis par un banc de grands dauphins.

Etant un peu en avance OBERENN nous conduit  jusqu’à la zone d’attente devant l’écluse, où après avoir pris un coffre il nous accueille gentiment à couple sur son tribord, PAPILLON venant se mettre sur son bâbord.

Comme toujours les discussions vont bon train sur les conditions de navigation, la météo déplorable et j’en passe….avant que je commence à m’inquiéter des conditions de passage de l’écluse .Olivier me parle alors d’éclusiers exigeants,  de toulines et d’amarres de 30 mètres à faire passer ?!. Comme Denis sur PAPILLON, je n’ai aucune amarre de cette longueur à mon bord et Olivier nous propose de passer l’écluse à couple d’OBERENN.

Le haut-parleur de l’éclusier nous ayant averti de l’ouverture imminente, on largue tout pour se présenter devant la porte. Vu le nombre important de bateaux qui se présentent je pense que ça va être un joyeux bazar comme à PAIMPOL. Un fois les portes ouvertes j’ai vite compris qu’il y avait largement de la place pour tout le monde, me remémorant mes lectures concernant le passage de l’écluse de MIRAFLORES à PANAMA, les spectateurs sur gradins et les mulas en moins…

Comme convenu OBERENN a reçu les toulines, a passé ses amarres et nous a reçu à couples.

Je me suis aperçu avec un peu de retard et par inexpérience que c’était la pauvre Nathalie avec ses petits bras musclés qui maintenait les trois bateaux en place en se cramponnant à son amarre ! Je me ferais pardonner au  passage de sortie.

Direction le ponton visiteur bien encombré, où nous nous amarrons à couples en troisième et quatrième lignes, mais pas trop loin des sanitaires.

Le seul moment sportif de la journée, consistera à enjamber 7 lignes de filières à des hauteurs différentes, les bras chargés de bouteilles, de cacahuètes et de saucisson pour rejoindre PAPILLON, où Valérie et Denis nous avaient conviés à un apéro.

Patrick me confiera être un peu déçu de n’avoir pu profiter pleinement de la barre de GENESIS. Ne t’en fais pas mon gars, tu te rattraperas demain, la météo annonçant du 5 près serré, bon plein !

Après un petit souper frugal (sans soupe) réunion des équipages pour une petite virée nocturne dans l’intra-muros.

 Olivier, qui semble connaître les lieux et les bonnes adresses, conduit directement la petite troupe vers «  le coin d’en bas de la rue du bout de la ville d’en face du port », où se trouve un estaminet du même nom. IL  y avait de la lumière et nous sommes entrés dans cet endroit complétement loufdingue et atypique, comme il n’en existe qu’en Bretagne. Le décorum laisse bouche bée et les mots me manquent pour apporter un semblant de description ! Il y a un site sur internet qui mérite une petite visite virtuelle.

Les dames se laissent tenter par un « MALO SAINT » dont malheureusement je ne me rappelle plus la recette (faudra que j’y retourne et pour ce faire j’ai acheté deux amarres de 20 mètres dès le retour à BINIC)

Vers 22 heures 30 retour aux bateaux par les remparts en partie haute et par les quais en partie basse.

Le long d’un quai au pied des remparts se  trouve stationné un magnifique Ketch tout neuf sorti d’un chantier non identifiable et immatriculé en Suisse. Il est vrai que d’immatriculer un tel bateau en France risquerait fort d’éveiller les soupçons de l’administration fiscale. Chacun s’extasie sur les éléments d’accastillage de dernière génération et notamment sur la taille des winches d’un diamètre supérieur à celui d’un tambour de sèche-linge ! Je reste songeur en pensant que  le mât et la bôme doivent bien valoir à eux seuls le prix de mon bateau….

Le marchand de sable étant passé, et pour continuer les rêves, chaque équipage regagnera son bord pour une extinction rapide des feux.

Dimanche 29 juin  Grand beau soleil au réveil. Après les petits déjeuners et les ablutions matinales, Olivier  annonce le passage de l’écluse pour le dernier sassement de 11 heures, ce qui nous permet de faire une petite promenade en front de mer et de constater que les prévisions météos sont justes. Il y a du vent !

A l’heure dite, le passage de sortie de l’écluse se fera dans le même ordre, sauf que cette fois j’aurais à cœur et le geste de prendre une amarre d’OBERENN pour maintenir les 3 bateaux en position et éviter ainsi des souffrances musculaires à Nathalie.

La sortie de Saint Malo se fera avec un bon vent dans le nez établi au Nord-Ouest et de force 5.

Quelques degrés de barre sur bâbord et route au près fort serré sur le cap Fréhel avec un ris dans la grand-voile et le génois légèrement roulé. J’essaye de suivre la route d’OBERENN mais force est de constater que je suis pénalisé par mon petit tirant d’eau. Peut-être que les auloffées et le courant nous permettront de passer Fréhel sur un bord. Que nenni, comme pour OBERENN, il nous faudra virer pour gagner le large.

La mer est relativement agitée, mais le bateau étant bien équilibré, nous pourrons tranquillement engloutir les sandwiches que Nadège avait précautionneusement préparés avant le départ. L’air du large, ça creuse !

Après quelques miles au large, nouveau virement de bord pour faire cap sur le passage d’Erquy au bon plein. OBERENN disparaît rapidement à l’horizon et il y a bien longtemps que nous avons perdu de vue PAPILLON sur l’arrière.

Je passe alors la barre à Patrick qui peut enfin se faire plaisir à 6,5 nœuds de moyenne, voire plus sur le fond. Il me confie que la barre à roue lui convient parfaitement et il ne la lâchera plus jusqu’à BINIC me laissant le soin de régler les voiles et de vérifier le cap !

Ça va vite et en sortie du passage d’Erquy, nous remontons sur un bateau. A  ma grande surprise et en le doublant je m’aperçois qu’il s’agit de PAPILLON. Comment a-t-il fait pour être devant ? Denis m'avouera par la suite avoir mis au moteur pour passer le Cap Fréhel car étant en équipage réduit les conditions de navigation commençaient à être un peu difficiles pour lui.

En baie de SAINT BRIEUC, le vent continue à forcir avec de bonnes rafales à 6 rendant la mer bien chaotique, mais toujours sous un soleil généreux. Patrick ayant du mal à tenir le bateau sur son cap, j’ouvre un peu la grand- voile, ce qui nous donnera un peu de confort mais nous fera perdre un peu de cap. Mais ce n’est pas grave, comme il reste quelques miles à parcourir on rattrapera au moteur.

Vers 17 heures 30 nous rejoignons OBERENN  qui est au mouillage devant la jetée du port et comme il est encore tôt, nous faisons de même en attendant l’ouverture de la porte. On en profite pour ranger le bateau et prendre quelques moments de détente physique devant un petit gouter.

PAPILLON après quelques petits détours dont il a le secret, nous rejoindra  par la suite pour rentrer au port après cette belle et sportive journée de navigation.

Merci à Nathalie et à Olivier pour nous avoir guidé avec beaucoup de gentillesse pendant ce week end malouin. Merci à Valérie et Denis pour l’apéro du samedi soir et pour leur habituelle jovialité. Merci à Patrick d’avoir été un équipier en tout point remarquable sur GENESIS.     

 GILLES

GAMBA sur le retour (8)

Gamba episode 8

Aux dernières nouvelles datant d'environ 2 semaines, nous allions reprendre le même circuit qu'à l'aller pour retrouver la Somme jusqu'à St-Valery et la mer. C'était sans compter sur les surprises de VNF qui avait entrepris de remettre l'écluse d’Abbécourt en état sur le canal de l'Oise à l'Aisne. Ceci nous a donc obligés à modifier notre itinéraire et à naviguer sur l'Aisne jusqu'à Soissons soit un détour d'environ 30 kms. Le long du canal nous avons vu des nids de cigogne qui ont l'air de s'y plaire autant qu'en Alsace. A Soissons, nous n'avons pas vu le Vase mais apprécié la visite d'une petite ville tranquille qui renferme des restes archéologiques gallo-romains importants ainsi que les ruines de l'abbaye de St-Jean des Vignes.

Photo 8 1

Photo 8 2Capture 2

Après l'Aisne, nous avons pris l'Oise puis le canal du Nord et enfin la Somme en nous arrêtant à Amiens comme à l'aller. Après Long, nous avons retrouvé les mêmes problèmes sur le bief pollué par les plantes aquatiques, mais cette fois nous avons échappé de justesse aux algues dans l'hélice!
D'Amiens, puis Abbeville nous avons continué vers St-Valery, situé sur l'estuaire de la Somme, où était resté le mât, que le chantier MTC a reposé sur le bateau. Tam et Yvon ont refait toutes les connections et réglages, et nous sommes maintenant au port de St-Valery et prêts à reprendre la mer. Yvon et Sylvie sont rentrés à St-Brieuc mercredi en profitant d'une offre de co-voiturage que Sylvie avait trouvée sur Internet, tandis qu’Odile et Nicolas Hommey sont arrivés ici hier après-midi. Nicolas fera le périple de retour par la mer avec nous, le départ est prévu demain matin.
Il fait beau et chaud et aujourd'hui nous avons profité de la fête annuelle à St-Valery qui est la course Transbaie entre St-Valery et le Crotoy, situé de l'autre côté de la baie de Somme. Il y avait 6500 participants pour un circuit dans le sable et la vase, le vainqueur a mis 50 min et le dernier plus de 2h30! L'important étant de participer, les concurrents et leurs nombreux supporters avaient l'air tous l'air contents. Quant à nous, la forme physique n'étant pas au rendez-vous, et le manque de préparation évident, nous avons rejoint le Crotoy en 60 min, grâce au petit train à vapeur de la Baie de Somme. Nicolas, grand amateur de locomotives, a bien apprécié la ballade.
Pour le retour, nous ferons escale à Dieppe, Fécamp, le Havre et ensuite avons l'intention d'explorer les ports de la presqu'île du Cotentin que nous ne connaissons pas encore.

Photo 8 3Photo 8 4Photo 8 5

Souhaitez-nous  bon vent, bonne nav, et je vous enverrais au moins des photos avant notre retour début juillet.

L'équipage de Gamba